• Home
  • Projet Connexions Cadre de rendement

Projet Connexions Cadre de rendement

Les traites et les esclavages, vécus sur les 3 continents de l’Atlantique, ont laissé de nombreuses traces et des mémoires différentes selon les sociétés. Près de 15 millions d’Africains ont été déportés en quatre siècles par le commerce triangulaire. Ouidah ville béninoise située à 42 Km de Cotonou, important port négrier, il était la dernière vision que de nombreux esclaves avaient de leur terre natale avant d’être débarqués dans les plantations du Nouveau-Monde.

Le souvenir de ces événements douloureux est perpétué par plusieurs monuments et mémoriaux, tels que « la porte du non-retour » mais aussi par plusieurs forts européens.

L’esclavage des Noirs a laissé des traces profondes dans le regard qu’on porte sur l’autre selon sa couleur de peau, son métissage, son expres- sion/langue, son habillement, etc…

Les conseillers communaux de la ville de Ouidah, à travers un vote unanime le vendredi 04 mai 2018, souhaitent revenir sur les traces du passé, notre histoire et notre patrimoine. Il s’agira de créer sur le site qui abrite l’ancien tribunal colonial mais aussi les restes du corps de Smith John, petit-fils d’esclave, le dernier navire négrier ayant quitté l’actuel Bénin, ancien- maire de la ville de Prichard, un lieu à la

mémoire de l’esclavage. Un lieu d’ex- position, d’information et de réflexion sur le passé mais aussi un lieu de l’expression de la culture à travers sa bibliothèque, son espace d’exposi- tion, de résidence des créateurs, son théâtre de verdure. Il vise à connecter, soutenir, accompagner, former, les acteurs du milieu culturel, les publics et à privilégier le contact des élèves et étudiants avec les œuvres, les artistes.

Ce haut lieu aidera à la diffusion et la transmission de la connaissance, en montrant et en expliquant des docu- ments, des traces, des images et des sons, des œuvres et des idées. Il cher- cheraàcomprendreetfairecomprendre, et s’efforcera de faciliter l’accès, par le biais de la culture, à une certaine vérité de soi-même, des autres et du monde.

Situé au cœur de la ville de Ouidah, ce lieu sera ouvert au plus grand nombre grâce à une politique tarifaire attractive. il sera pour tous les publics traditionnels, un lieu de rencontre naturel. Il s’attachera en outre à attirer et à fidéliser, trois autres catégories de publics : le public des touristes, de proximité, nationaux ou étrangers. Il sera aussi ouvert aux créateurs (écrivains, metteurs en scènes, plasticiens, chercheurs, journalistes) qui souhaitent y séjourner pour créer.

But du projet

Participer à la création d’une mémoire collective à Ouidah et encourager la recherche sur la traite négrière, l’esclavage et leurs abolitions afin de contribuer à la fermeture des blessures d’une histoire marquante pour la ville de Ouidah et doter la ville d’un équipement destiné à la promotion des expressions artistiques et culturelles et à la sauvegarde du patrimoine colonial.

Finalité du projet

Un lieu symbolique, fort en écho avec son temps et projectif sur les expressions contemporaines, à la fois informatif, éducatif voire attractif. Il sera un lieu pour apprendre, se recueillir, cher- cher une histoire désormais commune à l’humanité. Central, au cœur de la ville, il sera un lieu qui restaure la justice, l’égalité du genre, ce qui justifie son installation dans l’enceinte de l’ancien tribunal colonial de conciliation de Ouidah, aujourd’hui à l’abandon

leave a comment