Edito

Edito

Voici maintenant un peu plus de 20 ans que le Haut Conseil des Béninois de l’Extérieur (HCBE) a été créé. Dans le but de rassembler dans un creuset unique, solide et crédible, les énergies, les talents, le génie collectif, et les capacités d’action des dizaines de milliers de Béninois de la Diaspora en vue de les associer à l’ensemble des forces vives du pays pour construire le Bénin de nos rêves.
Mais depuis 1997, il faut hélas admettre que notre institution a traversé les années sans véritablement réussir à fédérer toutes les bonnes volontés autour des idéaux de sa création, ni même à donner envie qu’on la rejoigne comme une famille dans laquelle on se sentirait accueilli, heureux et épanoui . Loin s’en faut. Au niveau de l’instance mondiale comme dans les sections par pays de résidence, il n’y a depuis deux décennies que de tristes échos de maux qui ont pour nom : la recherche des intérêts personnels, les guerres de clans et de camps, l’égoïsme et l’individualisme ; mais aussi la jalousie vis à vis de la réussite de son prochain, la haine gratuite, la mauvaise foi, bref les mêmes sinistres facteurs qui ,à l’échelle même de la nation, ont toujours repousser aux calendes grecques la perspective rêvée par le Roi Guézo de voir tous les enfants du Bénin boucher à l’unisson les troues de la jarre percée. Ce vœu restera t’il éternellement pieu ? Jusqu’à quand allons nous continuer à creuser les tombes de nos héritiers ? Quel Bénin voulons-nous laisser aux générations futures ? Ces questions interpellent la conscience de chacun d’entre nous.
Engagé dans le militantisme associatif depuis 1989, j’ai créé l’Association Amitié et Développement avec le Bénin en juin 1990, au lendemain de la Conférence Nationale des forces vives de la Nation.

Grâce aux actions de l’ADB, la ville de Rosny-sous-Bois est aujourd’hui engagé dans la coopération décentralisée avec Cotonou et Sèmè-Podji au Bénin.
C’est l’ADB qui par le biais du concours « Ressort de la Créativité au Bénin » a obtenu par 3 fois une bourse pour un stage à 3 jeunes créateurs Béninois à l’école ESMOD Paris.
Cela a permis à Didier Fabrice d’être aujourd’hui un entrepreneur qui produit des vêtements en série et emploie plus de 100 personnes.
Lydie Sassé à quant elle choisi de s’établir en France et travaille aujourd’hui comme modéliste-patronnière CAO-DAO Bureau d’études Dior Homme.
Ce sont les nombreuses actions de ce genre que menait l’ADB, et l’exposition que me conférait ma position au sein de la mairie de Rosny qui ont suscité ma cooptation dans le HCBE-France en 2007.
Élu Président HCBE France en novembre 2009 ? j’ai passé 4 ans à la tête de cette section sans pouvoir faire grand chose pour la redynamiser.
Quand la majorité des représentants des Sections communautaires HCBE se sont réunis en assemblée générale le 13 août 2016 pour me

porter à la tête d’un nouveau bureau mondial, nous avions clairement fixé nos priorités.
La première étant, de se conformer aux recommandations du Forum National de la Diaspora tenu en décembre 2015, qui exigeait l’ouverture des sections communautaires HCBE aux associations de Béninois établies dans leurs pays respectifs.
Cela m’a conduit, à effectuer les déplacements suivants :
Bordeaux: à la rencontre de l’ABEGI (Association des Béninois étudiants en Gironde)
Belgique : plusieurs avec un collectif d’association en conflit ouvert avec la session HCBE Belgique
Canada: pour la supervision du renouvellement du bureau communautaire de ce pays, qui s’est conformé aux recommandations de large inclusion prônée par le bureau mondial.
Orléans : à la rencontre de Bissetii et ARBO
Lyon: pour soutenir Humanis Afrique, soutien bénéfique à cette association qui a obtenu des subventions grâce à la caution morale du HCBE.
Les journées Béninoise de la Diaspora les 27 28 29 juillet 2017 avec la participation de nombreuses associations.

Soutien Bénin diasp’active pour son gala de charité Bénin Tô TCHé wê, dont les bénéfices ont permis au président de cette association de faire de nombreux à des populations déshérités pendant les fêtes de fin d’année au Bénin.....
Cette volonté d’ouverture a été au cœur des travaux de l’assemblée de décembre 2016 à laquelle nous avons permis aux associations de participer.
En ce début d’année 2018, alors que j’ai l’insigne honneur d’adresser mes vœux les plus chaleureux à l’attention des 4 millions de Béninois vivant à l’extérieur du territoire national, je voudrais prendre un engagement. Celui de consacrer mon mandat à rebâtir les fondements et donner une visibilité, une lisibilité, une utilité et donc une crédibilité à la famille HCBE au niveau mondial comme dans chacune des section/pays.
C’est pour cela que le Bureau Exécutif Mondial réuni le 26 novembre 2017, a décidé, à l’unanimité des 6 membres présent sur 7, de mettre la section HCBE France sous tutelle, car ses dirigeants ont résolument chois le chemin de l’exclusion, et du repli sur soi, premières de défiance

envers notre institution.
Les sections USA, Canada, Italie, ont tenu des Assemblées Générales électives qui ont été validées par le BEM
Le japon a accepté de repousser la date de son assemblée générale pour se conformer aux directives du bureau mondial.
C’est dans la discipline et le respect de nos engagements, qui le HCBE enfin, aura la reconnaissance si tant réclamée.
Avec des sections actives et ouvertes aux associations, nous aurons un HCBE fort qui pourra s’occuper des vrais problèmes de la Diaspora Exemples :
Demander à faire sauter le délai de 6 mois d’inscription au consulat avant de s’inscrire sur les listes électorales
Nous organiser pour accompagner les chancelleries pour la mise en place du RAVIP,
Réaliser un véritable dénombrement des Béninois de l’extérieur afin d’évaluer d’exiger le nombre de députés qui nous reviennent pour les circonscriptions des Béninois de l’extérieur.
Proposer des actions pour accompagner le gouvernement en contrepartie de fonds consulaires,
Proposition au gouvernement la réhabilitation de l’immeuble des

chauffeurs de l’ambassade, pour en faire la Maison du Bénin, Et bien d’autres projets encore...
C’est la seule condition pour que notre famille, la diaspora, prenne toute sa place dans la collectivité nationale. Je m’engage à le faire avec vigueur, rigueur et abnégation dans une dynamique de Gestion Axée sur le Résultat (GAR).
Mais en réalité nous devons le faire ensemble. J’ai besoin de votre soutien. Surtout de votre bonne volonté et de vos énergies. Faisons table rase du passé. Construisons un nouveau Haut Conseil des Béninois de l’Extérieur dans l’intérêt de notre pays. Nous avons encore tant à apporter à notre nation.
Bonne et heureuse année 2018 à toutes et à tous. Vive le Bénin.